Alors qu’il semblait largué pour la course au poste de numéro un de l’Equipe nationale du Sénégal pour la prochaine Coupe du Monde en Russie, Abdoulaye Diallo s’est rappelé au bon souvenir des férus de la « Tanière » à la faveur du dernier match amical des « Lions », le 27 mars 2017 face à la Bosnie. Habitué à garder sa cage inviolée en sélection, Diallo est revenu au très bon moment pour semer le doute dans la tête du coach Aliou Cissé, pendant que son remplaçant Khadim Ndiaye commençait à ressortir la tête de l’eau.

En 2010, c’est avec une génération très prometteuse l’équipe de France des moins de 19 ans s’installe sur le toit de l’Europe, en remportant, sur ses terres, l’Euro de ladite catégorie, après une victoire (2-1) en finale face à l’Espagne

. Avec un milieu de terrain solide alors composé de Gueida Fofana, Francis Coquelin et Gaël Kakuta, une ligne offensive impressionnante, regroupant Alexandre Lacazette, Cédric Bakambu et Antoine Griezmann, les Bleuets ont survolé le tournoi d’autant plus que dans les buts, un certain Abdoulaye Diallo, formé entre le Stade de Reims, l’INF Clairefontaine et le Stade Rennais faisait des miracles du haut de son mètre 85. Avec 4 buts encaissés en 5 matchs, Abdoulaye Diallo avait alors confirmé, durant ce tournoi, les promesses entrevues un an plus tôt, quand il faisait sa première apparition dans le groupe professionnel de Rennes, en remplacement d’un autre gardien international sénégalais, Cheikh Ndiaye, le 21 novembre 2009. Puis, une semaine plus tard, en prenant la place de Nicolas Douchez, blessé, pour faire ses débuts en Ligue 1 face à Lyon (1-1) le 29 novembre 2009, alors qu’il n’a que 17 ans. La progression se fera à l’ombre de ces deux anciens. Abdoulaye Diallo se contentera d’apparitions sporadiques en Coupe de France, où il est à nouveau titularisé en janvier, et garde sa cage inviolée pour une victoire (2-0) face à Caen. Conscients de tenir un futur grand, les dirigeants du Stade Rennais ne tardent pas à lui proposer 

son premier contrat professionnel qu’il paraphe le 17 avril 2010, avant de s’engager, quelques mois plus tard, pour la Coupe d’Europe des Nations U19.

Le Havre, terre promise

Revenu auréolé du titre de champion d’Europe de sa catégorie, Abdoulaye Diallo n’en bénéficiera pas pour autant de privilège. Au contraire, la saison d’après le sacre continental, il subit les affres de la spécificité du poste et ne dispute aucun match avec l’équipe-première de Rennes. Pis, il se fait même doubler par Johann Carrasso au poste de numéro 2 quand Cheikh Ndiaye part en prêt au Mans. C’est donc en CFA (Championnat de France amateur), avec l’équipe réserve de Rennes, que Diallo fourbit ses armes durant la saison 2010-2011. Un an plus tard, il monte en grade au profit du départ en prêt de Carrasso, pour se retrouver doublu

re de Benoît Costil, avant de se retrouver lui-même en position de prêt, au Havre AC (Ligue 2 française) à partir de février 2014, pour obtenir du temps de jeu. En Normandie, dans un club qui lui allait comme un gant, Abdoulaye Diallo s’éclate. Au bout de six mois, le prêt est prolongé d’une saison supplémentaire, toujours sans option d’achat. Diallo gagne en expérience et en taille, prend confiance et s’installe confortablement dans les cages havraises (35 matchs, dont 8 sans encaisser), si bien qu’en mars 2015, quand Aliou Cissé prend les rennes de la sélection nationale du Sénégal après une Coupe d’Afrique ratée sous le m

agistère du Français Alain Giresse, il fait appel aux services du gardien de but binational pour son entrée en matière qui se tient au Havre, pour deux matchs amicaux face à la sélection du Ghana et contre son club, le Havre AC. Titularisé pour la rencontre face aux Black Stars, Abdoulaye Diallo encaisse un but malgré la victoire des « Lions » (2-1). Parallèlement, il s’exile ensuite en Turquie en 2016, toujours sous la forme d’un prêt à Rizespor où il fait une saison moyenne (19 matchs de Superlig, un seul clean sheet réalisé), ce qui ne l’empêche pas d’effectuer enfin son retour à Rennes, cette fois dans la position du numéro 1, profitant certainement de son exposition en sélection nationale.

Des stats qui parlent pour lui

Dans une « Tanière » en pleine recomposition sur tous les plans, il est tout de même maintenu en position de titulaire par le nouveau maître des lieux pour les matchs qui suivent dans la foulée, respectivement face au Burundi et la Namibie, comptant pour les éliminatoires de la Can 2017. Après cinq sélections de rang, Abdoulaye Diallo peine à prendre ses marques et encaisse systématiquement à chaque match et en prend même deux à Madagascar (2-2), pour le premier tour préliminaire des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, ne gardant sa cage inviolée qu’au bout de sa troisième sélection, face à la Namibie. Un premier clean sheet (match sans encaisser) qui en appellera d’autres. Sur la douzaine de matchs qu’il dispute par la suite avec les « Lions », Abdoulaye Diallo alignera huit autre copies propres ! Pour faire simple, il n’encaisse que face à Madagascar (nul 2-2), en amical face à l’Algérie (défaite 1-0) et au Niger (victoire 2-1) en éliminatoires de la Can 2017.* De façon globale, Abdoulaye Diallo compte aujourd’hui 15 sélections, pour 6 buts encaissés et 9 clean sheets tandis que sans lui dans les buts, le Sénégal a encaissé 7 buts en 11 matchs, ne réalisant que 6 clean sheets. Avec une telle fiche statistique, Abdoulaye Diallo présente naturellement tous les arguments pour s’éterniser au poste en sélection, d’autant plus qu’il a acquis ses galons dès l’arrivée du sélectionneur, Aliou Cissé. Mais c’était sans compter avec les aléas de la carrière d’un footeux. En contractant une blessure aux adducteurs en juin, après avoir pris part à la Can 2017 au Gabon (élimination du Sénégal en quart de finale, Diallo a disputé, sans encaisser le moindre but, 3 des 4 matchs, dont 120 minutes face au Cameroun, futur vainqueur du tournoi), le gardien de but se voit naturellement écarter de la sélection. Et, contre toute attente, l’absence s’étire pour atteindre 10 mois, le privant ainsi de la très grande partie (5 matchs sur 6) de la phase de groupe des éliminatoires de la Coupe du Monde. Pis, cela survient au mauvais moment pour lui en club. Alors qu’il croyait s’être enfin installé dans la peau du titulaire, la blessure contractée aux adducteurs après trois journées de Ligue 1 de la présente saison pousse le club rennais à recruter un autre gardien, le Tchèque Thomas Koubek, sur instruction de son compatriote et ancienne légende du club, Petr Cech. Au même moment, en sélection, un phénix profitait de son absence pour renaître de ses cendres (lien article Khadim NDiaye: http://blog.orange.sn/khadim-ndiaye/). Mais Abdoulaye Diallo sait manger son pain noir et attendre son heure. Son retour en équipe nationale effectué en match amical face à la Bosnie (0-0), le 27 mars dernier… au Havre, terre de ses débuts en sélection, lui a servi de tremplin pour se rappeler au bon souvenir de tous. L’occasion pour lui d’accrocher un autre clean sheet à son tableau, de signaler sa présence à deux mois de la Coupe du Monde Russie 2018 et, surtout, de montrer qu’aujourd’hui plus que jamais, il reste un solide candidat pour la place du dernier rempart. Ce poste de numéro 1 qui lui a si souvent souri sous cette tunique du « Lion ».

* Abdoulaye Diallo est dans les buts le 12 novembre 2016 à Polokwane face à l’Afrique du Sud, mais la défaite du Sénégal (2-1) est finalement annulée par la FIFA un an plus tard, suite à l’affaire de corruption qui toucha l’arbitre ghanéen du match, Joseph Lamptey.

LA BIO EXPRESS DE ABDOULAYE DIALLO

Etat-civil : né le 30 mars 1992 à Reims (France)

Taille : 1,91m

Poste : Gardien de but

Meilleur pied : droit

Club actuel : Stade Rennais (France).

Parcours : Formé à Reims (2002-2004), Clairefontaine (2004-2007), Stade Rennais (2007-2009)

Clubs précédents : Le Havre (prêt, 2014-2015), Rizespor (Turquie. Prêt,2016-2017).

Sélections : 15. Pour 6 buts encaissés et 9 clean sheets.

Première sélection : Sénégal – Ghana (2-1, le 28 avril 2915, match amical au Havre).

Palmarès : Champion d’Europe U19 avec la France.