De l’Équipe nationale du Sénégal, Papa Alioune Ndiaye est certainement le joueur qui aura connu la progression la plus fulgurante. En deuxième division norvégienne il y a à peine deux ans, le voilà en train de bondir sur les pelouses de la plus prestigieuse ligue du monde après avoir séduit l’un des publics les plus chauds d’Europe.

Ce 31 janvier 2018, au tout-dernier jour du mercato hivernal, Papa Alioune Ndiaye, plus connu sous le sobriquet de Badou en Europe et de PAN, au Sénégal, a encore pris une nouvelle dimension en pleine réception de Watford. Une présentation façon rockstar au Bet365 Stadium de Stoke City, club de Premier League anglaise qu’il vient de rejoindre quelques heures plus tôt. Contre toute attente. A croire que le jeune international sénégalais aime arriver à la pointe des pieds, toquer discrètement pour finir par prendre ses aises. Au moment de signer en faveur de Stoke City, il s’était déjà installé dans l’entrejeu des « Lions » du Sénégal mais surtout avait fini de séduire toute la Turquie où il régnait au milieu de terrain de Galatasaray, club-phare d’Istanbul leader et favori du classement de la Superlig turque. En résumé, PAN avait tout pour rester dans un confort en attendant la prochaine Coupe du Monde. Mais, comme avide de challenges, il prend toute la Turquie de court et accepte la main tendue de Stoke City, six mois après avoir relevé le défi de Galatasaray. C’est aussi sur la pointe des pieds que le joueur formé à l’Institut Diambars et fils d’un ancien joueur et formateur de football de renom, a intégré l’équipe nationale du Sénégal. Convoqué sous Alain Giresse pour la réception du Botswana le 19 novembre 2014 en éliminatoires de la Can 2015, sans avoir la chance d’étrenner sa première cape, c’est finalement avec Aliou Cissé qu’il aura gain de cause, le 5 novembre 2015, lors déplacement à Windhoëk pour affronter la Namibie (victoire 2-0) en éliminatoires de la Can 2017, suivi d’un match amical perdu (1-0) contre l’Afrique du Sud. Entré en jeu pour le premier match, il est titularisé pour le second. Alors sous les couleurs d’Osmanlispor (Turquie), Badou Ndiaye est longtemps resté dans son coin, attendant son heure. Face aux Bafana Bafana, malgré la défaite contractée trois jours après la victoire en Namibie (2-0) à laquelle il n’avait pas pris part, PAN fit partie des rares qui avaient tiré leur épingle du jeu dans cette équipe remaniée des « Lions », avant de s’installer progressivement, finissant par prendre le pas sur Pape Kouly Diop puis Henri Saivet et former un trio dans l’entrejeu avec le capitaine Cheikhou Kouyaté et son ancien coéquipier à Diambars, Idrissa Guèye.

Adoubé par Vieira, comparé à Yaya Touré

Cette trajectoire en sélection paraît bien similaire à celle que Badou Ndiaye a connu dans les différents clubs par lesquels il est passé après sa pré-formation à Diambars où il a été adoubé par un certain Patrick Vieira, un des promoteurs du célèbre institut. Cela commence d’abord par Bodo Glimt, petit club du nord de Norvège où le jeune de 22 ans est d’abord prêté un premier temps le 1er janvier 2012, pour un an. A la fin du prêt, PAN séduit son monde et fait partie des meilleurs joueurs de la 2e division norvégienne. Le bail est alors prolongé. Mieux, Bodo le recrute définitivement. Sacré champion de la D2 en 2013, il brille également à l’étage supérieur. En première division, PAN met la Norvège dans sa poche avec 13 buts et 11 passes décisives en 46 matchs. Évoluant au poste de meneur de jeu, il fait montre d’une large palette et se voit comparé à un certain Yaya Touré grâce à son gros volume de jeu, ses passes chirurgicales et sa capacité à percer les verrous adverses. Très vite, son nom commence à faire parler hors des frontières du championnat. Après 114 matchs disputés sous le maillot jaune de Bodo, Papa Alioune Ndiaye inscrit 31 buts et délivre 19 passes décisives et tape dans l’œil des recruteurs du championnat turc que le joueur voit comme un tremplin idéal pour confirmer l’étendue de son talent entrevu en Norvège.

Milieu offensif ou relayeur, une palette élargie

Déniché par Osmanlispor le 2 août 2015 pour un montant de 350 000 euros (environ 230 millions F CFA), PAN va voir sa valeur marchande grimper très rapidement à la faveur d’une première saison réussie (33 matchs, 11 buts et 4 passes décisives) dans la Superlig turque, autrement plus médiatisée que l’Eliteserien norvégienne. Mieux, juste un mois après avoir rejoint la Turquie, Pape Alioune Ndiaye honore sa première sélection en équipe nationale du Sénégal. Il ne la quittera plus. Tout en continuant de se faire un nom en Turquie, il pointe peu à peu le bout de ses godasses dans le onze des « Lions ». La saison suivante sera celle de la confirmation. En plus de découvrir l’intensité des compétitions internationales de club à travers l’Europa League en disputant 14 matchs de la compétition (pour un but et une passe décisive), il élargit sa palette et est autant utilisé en position de milieu offensif (26 matchs, 4 buts et 3 passes décisives à cette position) qu’un peu plus bas, en relayeur où, en ayant le jeu en face, il offre une option plutôt intéressante à son entraîneur (14 matchs disputés à cette position, pour 3 buts inscrits).  Avec plus de 40 matchs dans les jambes, Badou Ndiaye parvient à faire partie des références dans ce championnat bien coté. Les performances ne passent pas inaperçues et c’est l’un des géants turcs qui saute sur l’occasion. Le 3 août 2017, Osmanlispor cède à Galatasaray son métronome pour la rondelette somme de 7,5 millions d’euros (environ 5 milliards F CFA), soit plus de 20 fois le prix auquel il avait acquis le joueur, 2 ans plus tôt, jour pour jour ! Une plus-value immense, preuve de la bonne affaire faite par le club. A Istanbul, Pape Alioune Ndiaye connaîtra une ascension encore plus fulgurante. Définitivement décomplexé dans ce championnat qu’il a fini de conquérir, il forme, avec l’expérimenté brésilien Fernando Reges, transfuge de Manchester City, une paire complémentaire devant la défense avec de Galatasaray.

Enchaînement de grosses plus-values financières

En une moitié de saison, Galatasaray réalise des performances dantesques en marchant sur la Superlig. Le club se dirige vers le titre de champion malgré un mano-a-mano avec Basaksehir, après avoir largué au classement ses rivaux habituels Fenerbahçe et Besiktas. Etincelant au poste de relayeur et devenu titulaire en sélection où il joue plus haut, devant la paire Idrissa Gana Guèye – Cheikhou Kouyaté, Papa Alioune Ndiaye finira par les suivre en Premier League anglaise quand Stoke City décide de lui tendre la perche le plus tôt possible, dès le mercato hivernal de janvier 2018, pour étoffer son entrejeu en vue d’obtenir son maintien dans l’élite anglaise. Même si le joueur vient à peine de poser ses pénates à Istanbul qu’il a rejoint six mois plus tôt, Galatasaray ne peut pas cracher sur le montant de l’offre malgré les fiers services rendus (17 titularisations en autant de journées, 3 passes décisives en championnat) par le joueur de 27 ans. La plus-value d’Osmanlispor est passée aux oubliettes. Galatarasay fait mieux en terme de billets. Après avoir dépensé 7,5 millions d’euros pour le faire venir d’Osmanlispor au mois d’août 2017, le club stambouliote parvient à récupérer plus de 18 millions d’euros (11,8 milliards FCFA) en le filant à Stoke City le 31 janvier 2018, soit moins de six mois plus tard. Dans ce club qui a vu passer plusieurs internationaux sénégalais comme Salif Diao, Abdoulaye Diagne Faye, Amdy Faye, Ibrahima Sonko, ou encore Henri Camara, PAN retrouve en Mame Biram Diouf un compatriote et coéquipier en sélection nationale qui est également passé par la Norvège. De quoi lui assurer un accueil chaleureux dans le vestiaire. Et, au Bet365Stadium, il sera également accueilli en héros et portera très vite sur ses épaules de grands espoirs pour stabiliser l’entrejeu, d’où sa première titularisation trois jours après sa présentation. La première d’une longue série (déjà 6 titularisations en 6 journées) pour un joueur qui déjà bien adapté à l’intensité de la Premier League et rapidement intégré à un jeu qui semble fait pour lui. A la vitesse du vent.

LA BIO EXPRESS DE PAPA ALIOUNE NDIAYE

Etat-Civil : Né le 27 octobre 1990 (27 ans) à Dakar – Sénégal

Taille : 1,80 m

Meilleur pied : Droit

Poste : Milieu de terrain relayeur

Club actuel : Stoke depuis 2018 (23 matchs, 1but, 4 passes décisives, saison en cours, avec Galatasaray et Stoke).

Parcours : Formé à l’Institut Diambars

Clubs précédents : Galatasaray (août 2017 – janvier 2018), Osmanlispor (2015-2017), Bodo Glimt (janvier 2013-2015).

Sélections : 14 sélections.

Première sélection : Namibie – Sénégal, le 5 septembre 2015 à Whindoëk.

Palmarès :  Champion D2 Norvège (Bodo, 2013).