Si le dynamisme entrepreneurial du continent africain n’est plus à démontrer, les barrières structurelles inhérentes à l’amorçage de nouveaux projets et au passage à l’échelle des jeunes entreprises technologiques sont encore nombreuses, notamment en ce qui concerne leur financement à court et moyen terme. Un statut quo difficile à bousculer pour les véhicules d’investissement historiques et classiques que sont les banques et les fonds souverains étatiques qui peinent à répondre aux besoins des jeunes entreprises innovantes.

A l’échelle continentale, si l’année dernière ce sont plus de 367 millions de dollars qui ont été injectés dans divers secteurs allant du e-commerce aux services financiers, les pays d’Afrique subsaharienne francophones restent encore loin derrière leurs voisins anglophones en termes d’attractivité et donc de prises de risques de la part des investisseurs. Conscient de ces challenges, Orange inaugure Orange Digital Venture Africa, un fonds d’investissement de 50 millions d’euros soit 32 milliards de fcfa, destiné aux startups africaines innovantes dites « early stages » c’est-à-dire en phase d’amorçage, qu’elles soient basées sur le continent ou issues de la diaspora.

Au Sénégal, ce véhicule viendra renforcer les mécanismes de soutiens existant tels que le prix Orange de l’Entrepreneur Social ou le programme d’accélération Orange Fab ayant déjà accompagné, à l’instar des services Oui Carry et Paps, plusieurs startups prometteuses. Il a également vocation à faciliter les partenariats avec le réseau d’incubateurs partenaires comme le CTIC à Dakar et la mise à disposition des APIs Orange.

La prospection sénégalaise qui sera pilotée par une équipe dédiée à Dakar dès le mois de septembre prochain, focalisera son activité sur des secteurs à fort potentiel tels que l’énergie, les nouvelles connectivités, les fintechs, l’e-santé et les objets connectés afin de maximiser l’impact de cette initiative sur l’économie locale.

Selon Pierre Louette, Président d’Orange Digital Investment : « cette initiative engage le groupe Orange encore un peu plus aux côtés de l’écosystème digital africain, qui porte comme partout, et peut-être plus qu’ailleurs, un enjeu de développement. »

En effet, ce nouveau fond, dont la moitié sera mobilisée pour des investissements directs, verra 50% de ses actifs venir renforcer d’autres véhicules d’investissement spécialisés sur le continent. Les start-up pourront entrer en contact avec les équipes d’Orange Digital Ventures Africa via le site Internet : digitalventures.orange.com.