Amiens aurait pu être son point de départ. Mais, embourbé dans les filets du milieu impitoyable du football professionnel, Moussa Konaté a beaucoup perdu du temps entre le moment où il se fait découvrir lors des Jeux olympiques de Londres 2012 et celui où il commence vraiment à exploser à la face du monde. Mais, à seulement 25 ans, le produit du football mbourois tient en la Coupe du monde Russie 2018, une excellente occasion de reprendre la main. Ça tombe bien car l’éblouissante exposition des grandes compétitions internationales le survolte.

Dans quelques jours, Moussa Konaté posera les pieds une nouvelle fois en Russie. Pas sûr que les souvenirs qui vont rejaillir dans sa mémoire soient des plus agréables. Car c’est là, précisément à Krasnodar, qu’il vécut l’une de ses plus grandes désillusions. Après avoir explosé au tournoi du football des Jeux Olympiques de 2012 à Londres (il en devient le meilleur buteur avec 5 réalisations en quatre matchs, marquant ainsi lors de chaque rencontre disputée) à 19 ans, le joueur, alors pensionnaire furtif (une seule saison, 2011-2012) du club israélien du Maccabi Tel Aviv, se veut prudent. Face aux sirènes stridentes des clubs des grands championnats européens, le produit de Mbour Petite Cote préfère le choix supposé le plus facile : celui qui, pense-t-il, lui garantirait un temps de jeu plus conséquent. Moussa Konaté signe alors au FK Krasnodar en croyant en faire un tremplin. Au bout du compte, l’aventure finit en eau de boudin. Le joueur s’adapte mal à la rigueur du froid russe. En une saison, il n’arrive pas à dépasser la barre des 13 matchs disputés. Quid des buts ? Ils se compte sur les doigts d’une main. Un, deux, trois, puis c’est tout. L’aventure tourne court et il est prêté au Genoa CFC, en Serie A italienne. Dans ce championnat beaucoup plus relevé, l’apprentissage est encore plus difficile. Au bout de l’unique saison qu’il y joue, il ne marque qu’un seul but en une trentaine de matchs. Trop peu pour y être maintenu. Krasnodar, qui l’avait acquis à 2 millions d’euros (environ 1,3 milliards F CFA) le récupère et le brade au Fc Sion (Suisse) contre la modique somme de 350 000 euros (environ 230 millions F CFA).  Deux ans seulement après sa brillante participation aux JO, le voilà donc à l’heure d’arborer sa quatrième tunique d’un club européen, pour évoluer dans un quatrième pays différent. Pour le joueur, les difficultés d’adaptation seulement ne suffisent pas à justifier cette réputation naissante de globe-trotter ou de joueur instable, irrégulier et loin de valoir les compliments qui pleuvaient sur lui après l’épisode londonien. Mais, la faute à qui ? Il donne la réponse sans ciller : «J’ai aussi été arnaqué par les agents. Certains prenaient mon argent sans que je le sache, ils ramassaient mes primes à la signature, faisaient des trucs bizarres».

Israël – Russie – Italie – Suisse, le chemin de croix

A côté de ses déboires en club, Moussa Konaté trouvait en la sélection nationale un havre de paix pour se ressourcer. Naturellement admis en équipe A, en compagnie de ses compagnons de route de Londres 2012 comme Sadio Mané, Idrissa Gana Guèye ou Kara Mbodji, il réalise ses débuts dans la « Tanière » en 2012, profitant de la vague de rajeunissement qui a suivi la Can 2012, lors d’un match amical à Johannesburg, le 29 février 2012 face à l’Afrique du Sud (0-0). Moins de trois mois plus tard, le 25 mai 2012 à Marrakech, il se signalait déjà par sa première réalisation sous le maillot national, en marquant l’unique but de la victoire (1-0) des « Lions » en match amical face au Maroc. La sélection l’apaise. Et cela se ressent dans ses performances au Fc Sion en Suisse, où, pour la première fois de sa carrière, il s’établit enfin sur la durée en passant plus d’une saison dans un club. Les réussites s’accumulent, à tel point que le club s’oppose vigoureusement à un éventuel départ. Une saison à 16 buts et 3 passes décisives, un sacre en Coupe de Suisse en 2015 qui lui ouvre les portes des compétitions européennes, une deuxième à 14 buts (dont 3 en Europa League) et 9 passes décisives, puis 16 buts et 6 passes viendront s’ajouter à son escarcelle et lui offrir enfin son bon de sortie vers un championnat du top 5 européen, au moment où, âgé de 24 ans, il semble désormais prêt pour le grand saut. C’est à Amiens, modeste club de la Ligue 1 française qu’il dépose ses valises pour prouver sa maturité. «Maintenant, je prends mes propres décisions. C’est à moi de gérer mon existence, mon plan de carrière. J’ai repris ma vie en main», souffle-t-il alors dans un entretien au quotidien français spécialisé L’Equipe.

Déjà buteur face à la Colombie

Difficile alors de ne pas le croire quand, en fin de saison, on porte un coup d’œil sur ses premiers pas en France où il a grandement contribué au maintien en L1 d’Amiens : un but face à l’Olympique de Marseille, un doublé face au Paris Saint-Germain, un autre face à l’OGC Nice, encore un autre face à Guingamp, un but et une passe décisive face au SM Caen, pour un total reluisant de 13 buts et 3 passes décisives, faisant de lui l’attaquant sénégalais le plus prolifique de la saison, derrière l’intouchable Sadio Mané, son ami de toujours et partenaire de chambre et de délires en sélection nationale. Sous le maillot frappé du sceau du « Lion », Moussa Konaté poursuit tranquillement son chemin, sans rien réclamer. Plus souvent sur le banc que sur la ligne de départ, tantôt placé dans l’axe qu’il affectionne tantôt décalé sur un côté où il ne rechigne pas à faire l’effort demandé, il profite du temps qu’on lui donne pour marquer son temps. Avec 24 sélections dont une quinzaine de titularisations, il pointe déjà à neuf buts, il constitue une valeur sûre du groupe d’Aliou Cissé en direction de la Coupe du Monde 2018, dans quelques jours en Russie. Avec, en tête, l’idée de faire aussi bien voire mieux que lors de sa première grande compétition internationale en 2012, mais cette fois-ci face à des morceaux au moins aussi solides que la Grande-Bretagne, l’Uruguay, les Emirats Arabes Unis ou le Mexique, les équipes face auxquelles il avait brillé à chaque match. Cette fois-ci, dans un pays (la Russie) qu’il connaît bien pour y avoir effectué quelques un de ses difficiles premiers pas, son chemin devra croiser celle de la Pologne, du Japon et de la Colombie. Ça tombe bien puisqu’il garde aussi le souvenir d’avoir marqué un but lors d’un match amical le 31 mai 2014 contre cette même Colombie (2-2, buts de Cheikh Ndoye, Moussa Konaté pour le Sénégal, Carlos Bacca et Teofilo Gutierrez pour la Colombie).

 

La bio express de Moussa Konaté

Etat-Civil : Né le 3 avril 1993 (25 ans) à Mbour.

Taille : 1,81 m

Meilleur pied : droit

Poste : Avant-centre.

Club actuel : Amiens (France, 40 matchs, 14 buts, 3 passes décisives cette saison avec Amiens et Fc Sion).

Formation : Mbour Petite Côte.

Clubs précédents : Fc Sion (Suisse, 2014-2017), FK Krasnodar (Russie, 2012-2014), Genoa (Italie, prêt, 2013-2014), Maccabi Tel Aviv (Israël, 2011-2012), Mbour PC (2010-2011).

Sélections : 25 sélections, 9 buts.

Première sélection : Afrique du Sud – Sénégal (0-0), le 29 février 2012 à Johannesburg, match amical.

Premier but en sélection : Maroc – Sénégal (0-1), le 25 mai 2012 à Marrakech, match amical.

Palmarès : Vainqueur Coupe Suisse 2015 (Fc Sion). Quart de finaliste JO 2012. Quart de finaliste Can 2017.