A 30 ans et après deux CAN, Mame Biram Diouf s’apprête à disputer sa première grande compétition avec le Sénégal à la Coupe du Monde 2018. Une juste récompense pour l’attaquant aux 46 sélections et 10 buts avec les «Lions» qui est passé par tous les moments en Équipe nationale et en clubs.

Sa vie est faite de hauts et de bas. Premier et seul joueur sénégalais, à ce jour, à avoir joué pour le mythique club anglais Manchester United, adulé lors de ses débuts en Équipe nationale la même année, passé par quatre clubs en cinq ans et récemment relégué avec Stoke City, Mame Biram Diouf a déjà tout connu dans sa carrière. A 30 ans, l’attaquant international est pourtant sur le point de disputer sa première Coupe du monde avec le Sénégal. Une trajectoire à l’image du joueur infatigable sur le terrain et de l’homme combatif dans une vie qui lui a rarement fait des cadeaux.

Après des débuts sur les terrains sablonneux des Parcelles Assainies, puis à l’académie Mawade Wade et pendant trois années chez les Juniors du Jaraaf, «Diego» – son surnom depuis son enfance en référence au légendaire Pipe de Oro argentin – fait le grand le saut dans le froid norvégien en 2007. A tout juste 20 ans, il rejoint Molde FK où se fait un nom en trois saisons. En 86 matches toutes compétitions confondues, il marque 45 buts, fait monter le club avec un titre de champion de D2 en 2007 et braque les projecteurs sur lui. Sa réputation dépasse la Scandinavie et fait parler jusqu’en Angleterre où un certain Sir Alex Ferguson décide d’envoyer les scouts de Manchester United à ses trousses. Ces derniers tombent sous le charme d’un joueur grand (1,85m), rapide et qui a le sens du but. Sans tarder, en juillet 2009, le club anglais débourse la coquette somme de 4,5 millions d’euros (2,9 milliards FCfa) pour l’enrôler mais décide de le prêter à Molde jusqu’à la fin de la saison. En janvier de la même année, Mame Biram Diouf devient officiellement un Red Devil, sous le magistère de l’imposant sir Alex Ferguson.

Mais en trois saisons à Old Trafford où il a gagné une Coupe de la Ligue remportée en février 2010 aux dépens d’Aston Villa (2-1), il n’aura jamais réussi à gagner sa place dans un vestiaire alors composé de Wayne Rooney, Carlos Tevez ou encore Dimitar Berbatov. Avec seulement 9 matches et 1 but sous le maillot de l’équipe première et le plus souvent laissé à la disposition de la réserve (U23) où il flambe (11 buts en 11 matches), il sera prêté à Blackburn en août 2010. Lors de la deuxième partie de la saison 2010-2011, il inscrit 6 buts en 31 rencontres avec les Rovers avant de retrouver United. Mais à peine revenu, son avenir à Old Trafford est scellé. Rangé au placard par Ferguson durant la première partie de la saison, il sera transféré à Hanovre en janvier 2012.

La Renaissance à Hanovre

Changement de pays et d’attitude. En Bundesliga, l’attaquant sénégalais retrouve la confiance et surtout, le sens du but. En deux saisons et demi, il se fait connaître en Allemagne avec 35 réalisations en 71 rencontres toutes compétitions confondues, dont 7 buts en 11 matches de la Coupe de l’UEFA devenue l’Europa League. Une réussite clinquante qui n’échappe pas aux dirigeants de Stoke City qui sautent sur l’occasion, d’autant plus que Mame Biram arrivait en fin de contrat. En juillet 2014, il rejoint librement le club anglais avec un contrat de 3 ans et retrouve la Premier League par la grande porte, deux ans après l’avoir quittée auparavant. Un mois plus tard, il marque son premier but face à Manchester City (1-0, 3e J.), permettant aux Potters de battre les Citizens pour la première fois de leur histoire en championnat. Depuis, l’ancien banni de Manchester United a marqué 24 buts et délivré 9 passes en 133 apparitions avec Stoke, même si l’histoire avec les Rouge et Blanc n’a pas toujours été un fleuve tranquille. Avant le début de la saison 2015-2016 et dans les dernières heures du mercato estival, il était sur le point de rejoindre Leicester. Décidé à quitter Stoke, il va à l’aéroport mais juste avant d’embarquer pour aller signer chez les Foxes, il reçoit un coup de fil de Mark Hughes qui lui demande de rebrousser chemin, et de ne pas rejoindre le futur champion d’Angleterre.

Lors de la deuxième partie de la saison 2016-2017, Mark Hughes, alors entraîneur du club décide de le replacer en position d’arrière-droit. Une décision que n’accepte pas le joueur qui refuse catégoriquement. Frustré, le coach le punit en le laissant sur le banc pendant deux matches. Sentant la situation tendue, les cadres du vestiaire, Charlie Adam et le capitaine Shawcross lui parlent pour revenir à de meilleurs sentiments et accepter de jouer en défense. Une médiation bénéfique puisque Mame Biram revient dans le onze de départ et dispute la seconde moitié de la saison comme un piston, alliant le rôle d’arrière et milieu droit. Hughes décide de le reconduire à ce poste en début de la saison 2017-2018 qui vient de s’écouler. Sans rechigner cette fois-ci, il accepte ce choix et dispute les 6 premiers matchs dans cette position de piston, ce qui ne l’empêche pas d’ouvrir son compteur face à Southampton (victoire 2-1, 30 septembre 2017) lors de la 7e journée de Premier League.

Replacé avant-centre lors des deux suivants, il marque et délivre une passe décisive malgré la lourde défaite sur le terrain de Manchester City (7-2, 8e J., 14 octobre 2017) et enchaîne avec un troisième but face à Bournemouth (défaite 1-2, 9e J., 21 octobre 2017). Revenu à son poste de prédilection avec l’arrivée de Paul Lambert qui a succédé à Mark Hughes, il inscrit trois autres buts, un comme avant-centre seconde face à Swansea (victoire 2-1, 2 décembre 2017) et deux autres comme avant-centre respectivement devant Huddersfield (victoire 2-0, 24e J., 20 janvier 2018) et Tottenham (défaite 1-2, 33e J., 7 avril 2018). Et même si ses performances (6 buts, 3 passes, 35 matches) n’ont pas suffi pour sauver Stoke City de la relégation en Championship, elles lui ont permis de revenir un peu au-devant de la scène, aussi bien en club qu’en sélection.

La retraite internationale évoquée après la CAN 2015

Depuis sa première sélection le 12 août 2009 lors d’un match amical en France (victoire 2-1)  contre la Rd Congo et son premier but marqué contre le Cap-Vert un an plus tard (1-0, le 11 août 2010 à Dakar), Mame Biram Diouf a souvent été la cible des critiques. Dans l’avion spécial qui ramenait les joueurs après l’élimination du Sénégal au premier tour de la CAN 2015 en Guinée-Equatoriale et malgré un but inscrit contre le Ghana en match de poule (victoire 2-1), il se laisser dominer par le doute quant à son avenir en sélection et songe à mettre une croix sur sa carrière internationale. Pis, le ratio passe au zéro pointé à la CAN 2017 au Gabon. Entretemps, en 2016, il perd sa mère dans la bousculade de Mouna lors du pèlerinage à La Mecque. Un épisode qui l’aura marqué au fer rouge. Mais Loin d’être abattu, l’homme reste debout sur ses deux jambes pour affronter le destin et relancer sa carrière.

Après un match contre la Guinée-Equatoriale (3-0), 10 juin 2017 à Dakar lors de la première journée des éliminatoires pour la CAN 2019, il manque cinq rencontres de rang en déclarant forfait pour la double confrontation contre le Burkina Faso (2 et 5 septembre) pour les qualifications du Mondial. Il manquera aussi le voyage au Cap-Vert (2-0, 7 octobre) et les deux matches face à l’Afrique du sud à Polokwane (2-0, 10 novembre) et à Dakar (2-1, 14 novembre) avant d’être rappelé pour les deux matches amicaux en mars contre l’Ouzbékistan (1-1) et la Bosnie (0-0) avec une titularisation au Havre.  Et 9 ans après avoir débuté sa carrière internationale avec les «Lions», il fait partie des 23 joueurs sélectionnés par Aliou Cissé pour disputer la Coupe du Monde 2018 en Russie.

BIO EXPRESS DE MAME BIRAM DIOUF

Etat-Civil : Né le 16 décembre 1987 (30 ans) à Dakar.

Taille : 1,85 m

Meilleur pied : droit

Poste : Avant-centre.

Club actuel : Stoke City (Angleterre, 37 matchs, 6 buts, 3 passes décisives cette saison).

Formation : Jaraaf de Dakar.

Clubs précédents : Hanovre 96 (Allemagne, 2012-2014), Manchester United (Angleterre, 2009-2012), Blackburn (Angleterre, prêt 2010-2011), Molde FK (Norvège, 2007-2009).

 

Sélections : 42 sélections, 10 buts, 5 passes décisives.

Première sélection : Sénégal-Rd Congo (2-1, doublé de Papiss Cissé et but de Makiadi pour la RDC), le 12 août 2009 à Blois (France), match amical.

Premier but en sélection : Cap-Vert – Sénégal (1-0), le 11 août 2010 à Dakar, match amical.

Palmarès : Coupe de la Ligue anglaise (2010, avec Manchester United), Champion de D2 de Norvège (2007, avec Molde FK).